Brochures

Meilleures ventes

Informations

Fabricants

Nouveaux produits

Promotions

Fournisseurs

Mots-clés

Déjà vus

Créer un devis à partir de ce panier Demander un devis

LA LITURGIE DU SACRE

liturgisacre

Nouveau

L’Église qui, par la bouche de ses Pères et de ses Docteurs, nous enseigne que tout pouvoir vient de Dieu, ne pouvait rester étrangère à l’institution des rois : elle est donc intervenue dans la cérémonie du sacre, dès que la France est apparue comme
une réalité naissante, et, à cette cérémonie, elle a prêté ses pompes les plus solennelles, l’auguste majesté de ses temples, l’éclat de ses costumes, l’ampleur de ses chants magnifiques, la sublime beauté de sa liturgie.


Ainsi le sacre des rois de France a-t-il la figure et le sens d’une chose religieuse : pour mieux dire, c’est un sacramental réservé par la loi de l’hérédité aux héritiers du premier roi, Clovis, oint et baptisé par saint Remy, évêque de Reims. C’est dans l’onction et le baptême du chef franc que le sacre des rois puise sa tradition séculaire et intangible. Clovis converti, la France future devenait une chose possible.


Un pacte solennel intervenait entre Dieu et le soldat de Tolbiac. Dieu donnait la victoire au soldat : en retour, le soldat faisait l’acte d’adoration et de foi, et il accordait à l’Église et aux prêtres de ce Dieu une place privilégiée dans l’État. Ainsi se consommait le mariage mystique de la France et du Christ, ainsi s’unissaient la puissance des armes, la discipline romaine et la morale de Jésus pour l’accomplissement des destinées à quoi Dieu avait réservé notre patrie.

Plus de détails

Nouvelle édition en couleurs !

9,00 €

Fiche technique

Hauteur22
Largeur15
QualitéNouvelle édition
LangueFrançais
ThèmeVocation de la France
ISBN978-2-37752-085-5
AuteurM. André LAVEDAN de l’Action Française
Nombre de pages55 pages en Couleurs sur papier Clariana 100 g

En savoir plus

Les Éditions ACRF vous propose une nouvelle édition (en couleurs) de cette brochure Primordiale pour comprendre :


L’erreur commune à la plupart des manuels d’histoire destinés à l’enseignement primaire est de représenter le roi de France ainsi qu’un soldat élevé dans un esprit essentiellement militaire et pour des fins guerrières. Une erreur aussi grossière a son explication dans une volonté bien déterminée de fausser le jugement des petits Français et de leur inspirer la haine et l’horreur de la monarchie.


Au contraire, il ressort de la cérémonie du sacre que le roi est, avant tout, une personne religieuse, une manière de prêtre. Aussi bien, nous verrons qu’au jour du sacre, le roi revêt un costume non point militaire, mais ecclésiastique, une tunique, une dalmatique, une chape qui sont proprement les ornements du sous-diacre et du diacre. Le roi reçoit des onctions, comme les prêtres, il communie sous les deux espèces, il est investi d’une mission sacrée dont toutes les prières du sacre lui rappellent les grands devoirs.


Ce jour-là, il n’est pas question de guerre ni de conquêtes, mais de paix et de charité. Pasteur dans son royaume à la façon de l’évêque dans son diocèse, le prince accomplira les fonctions dont le successeur de saint Remy est chargé de l’instruire : il fera le bien de son peuple, maintiendra les frontières de l’État, assurera à l’Église catholique la place privilégiée à quoi elle a droit, il sera le juge équitable, le défenseur de la vérité.

Avis

Aucun commentaire n'a été publié pour le moment.

Donnez votre avis

LA LITURGIE DU SACRE

LA LITURGIE DU SACRE

L’Église qui, par la bouche de ses Pères et de ses Docteurs, nous enseigne que tout pouvoir vient de Dieu, ne pouvait rester étrangère à l’institution des rois : elle est donc intervenue dans la cérémonie du sacre, dès que la France est apparue comme
une réalité naissante, et, à cette cérémonie, elle a prêté ses pompes les plus solennelles, l’auguste majesté de ses temples, l’éclat de ses costumes, l’ampleur de ses chants magnifiques, la sublime beauté de sa liturgie.


Ainsi le sacre des rois de France a-t-il la figure et le sens d’une chose religieuse : pour mieux dire, c’est un sacramental réservé par la loi de l’hérédité aux héritiers du premier roi, Clovis, oint et baptisé par saint Remy, évêque de Reims. C’est dans l’onction et le baptême du chef franc que le sacre des rois puise sa tradition séculaire et intangible. Clovis converti, la France future devenait une chose possible.


Un pacte solennel intervenait entre Dieu et le soldat de Tolbiac. Dieu donnait la victoire au soldat : en retour, le soldat faisait l’acte d’adoration et de foi, et il accordait à l’Église et aux prêtres de ce Dieu une place privilégiée dans l’État. Ainsi se consommait le mariage mystique de la France et du Christ, ainsi s’unissaient la puissance des armes, la discipline romaine et la morale de Jésus pour l’accomplissement des destinées à quoi Dieu avait réservé notre patrie.

Donnez votre avis

Les clients qui ont acheté ce produit ont également acheté...

30 autres produits dans la même catégorie :

Téléchargement

Corrigendum

Le corrigendum concernant une erreur d'auteur

Téléchargement (160.17k)